Navigation – Plan du site

Mutations numériques de la musique : des contradictions à analyser

Numéro dirigé par Christophe Magis (Université Paris 8 — Cemti)
et Lucien Perticoz (Université Lyon 3 — Marge)

Thématique

Depuis une quinzaine d’années, les enjeux des « révolutions numériques » de l’industrie musicale ont fait l’objet de nombreux travaux, tant de la part d’universitaires que d’experts et responsables du secteur. Outre des réflexions socioéconomiques sur les nouveaux modèles d’affaires à mettre en place, un grand nombre de propositions ont cherché à analyser tant les nouveaux usages et pratiques musicales liées au numérique que les divers déplacements des frontières que le numérique induit entre auditeur et créateur, auditeur et producteur, auditeur et prescripteur. Le présent appel entend s’ajouter à ces propositions, mais en invitant les contributeurs et contributrices à davantage interroger les mutations numériques de la musique à partir des contradictions qu’elles portent.

Car il semble bien que ce soit à un approfondissement des réflexions autour de ces contradictions que la « révolution numérique » nous invite. Dès 1961, Edgar Morin soulignait ainsi que « l’industrie culturelle doit [...] constamment surmonter une contradiction fondamentale entre ses structures bureaucratisées-standardisées et l’originalité (individualité et nouveauté) du produit qu’elle doit fournir » (Morin, 1961, p. 41). « C’est l’existence de cette contradiction qui permet de comprendre d’une part cet immense univers stéréotypé dans le film, la chanson, le journalisme, la radio, et d’autre part cette invention perpétuelle dans le cinéma, la chanson, le journalisme, la radio, cette zone de création et de talent au sein du conformisme standardisé. Car la culture industrialisée intègre parfois en les étouffant, parfois en les épanouissant, les Bresson et les Brassens, les Resnais et les Léo Ferré » (ibid., p. 43).

Il s’agira donc de questionner l’idée selon laquelle le numérique participerait d’un renouvellement des tensions qui traversent l’ensemble de la filière, de la phase de création à celle de l’écoute. En plus de se demander comment le numérique alterne entre des possibilités d’émancipation et de soumission toujours plus forte aux logiques du capital, il conviendra de voir à quel point les logiques qui s’articulent à la dissémination du numérique dans les pratiques de production, de diffusion et de réception musicale peuvent s’avérer contradictoires et quels sont les points de tension qu’une approche critique de ces mutations devrait chercher à révéler.

Orientations spécifiques

Afin d’appréhender ces contradictions dans toute leur complexité, quatre orientations seront plus particulièrement privilégiées pour ce numéro de tic&société.

1) Mutations des formes de valorisation marchande de la création musicale

Ce premier axe invite à aborder les enjeux relatifs aux évolutions de l’organisation socioéconomique de la production. On s’intéressera à la montée en puissance des plateformes d’écoute en ligne ainsi qu’à l’évolution du statut de la musique en tant que marchandise et produit d’appel pour la consommation d’autres biens ou comme moyen de capter l’attention des auditeurs dans le cadre de campagnes publicitaires ciblées, dans une économie de plus en plus culturalisée. Les propositions pourront apporter des éléments de réponse à la question suivante : qu’en est-il des évolutions des rapports de force entre les acteurs de la filière, notamment entre ceux positionnés le plus en amont et les grandes firmes du numérique ? Les tensions au niveau de l’évolution du droit d’auteur à l’ère numérique font également partie des sujets qu’il conviendra de développer. Ainsi, selon quelles modalités les droits de propriété artistique jouent-ils toujours un rôle structurant et régulateur au sein de la filière ou, au contraire, sont-ils durablement remis en cause ? Comment, finalement, se renouvellent les articulations entre des logiques socioéconomiques contradictoires des différents acteurs intervenant au sein de la filière ?

2) Les mutations des rapports de travail au sein de la filière musicale

Le deuxième axe entend s’interroger sur la condition spécifique des artistes et producteurs musicaux à l’ère numérique. Outre les évolutions de la figure actuelle des auteurs ou des interprètes professionnels, de leur nombre ou de leurs niveaux de formation, il s’agira, entre autres, d’interroger les nouvelles exigences imposées aux artistes à l’heure numérique, tant en termes d’autopromotion que de délais de livraison. Alors que la démocratisation des appareils numériques de production et d’enregistrement du musical a pu être vue comme menant à un « sacre » des amateurs, quels sont les nouveaux canaux de légitimation des musiciens ? Quelles sont les lignes de démarcation entre amateurs et professionnels et quelles sont les nouvelles formes de consécration artistique ? Plus généralement, et dans divers genres musicaux, quelles sont les tensions dans les rapports de travail entre auteurs, compositeurs ou artistes interprètes et agents artistiques, mais aussi tourneurs, festivaliers et l’ensemble des catégories de travailleurs que Howard Becker nomme « personnel de renfort », qui sont rendues visibles et/ou exacerbées par le numérique ?

3) Le devenir numérique des pratiques musicales

On pourra aussi questionner les réalités diverses d’une supposée « numérimorphose » des pratiques musicales au sens large (écoute, partage, création amateur, etc.). Sans épuiser les perspectives habituelles autour d’un éventuel renouvellement des pratiques qui serait rendu possible par le devenir numérique de l’écoute et de la création musicale, les contributeurs et contributrices sont notamment invités à approfondir les questionnements suivants : le passage au numérique contribue-t-il à une diversification des répertoires musicaux des auditeurs ou simplement à une plus grande personnalisation ? Au-delà d’un supposé empowerment des auditeurs, quelles sont les réelles marges de manœuvre tactiques dont ils disposent face aux acteurs, anciens et nouveaux, de la filière phonographique ? Quel(s) rapport(s) à ses goûts et quel(s) rapport(s) aux autres émergent ou perdurent dans le cadre des pratiques musicales « numérimorphosées » ? De quelles visibilités jouissent les créations musicales amateurs en régime numérique ou, à l’inverse, quelles sont les formes inédites d’invisibilisation que doivent supporter ces productions face à la profusion de contenus disponibles ?

4) «Musimorphose» et mutations du text musical

Souvent laissées de côté dans les analyses socioéconomiques, les contradictions à penser ici sont celles, par exemple, entre logiques économiques et logiques du matériau musical. Si le numérique et les TIC ont pu susciter de nouvelles esthétiques, sur lesquelles il sera possible de réfléchir, quelles sont les conséquences proprement musicales de l’émergence des nouvelles logiques socioéconomiques ou des mutations des rapports de travail ? Et si l’on souhaite étudier les rapports entre les mutations des modèles socioéconomiques et des pratiques sociales ou culturelles d’une part, et l’évolution de la « diversité » musicale (produite ou consommée) de l’autre, quelles méthodologies doivent être déployées pour les analyser ? Comment réfléchir à une « musicologie de la société » à l’heure numérique ?

Pour interroger ces différentes dimensions, nous attendons des travaux de divers horizons disciplinaires et adoptant différentes approches. Nous accueillerons avec un intérêt particulier les contributions proposant des réflexions épistémologiques et/ou méthodologiques sur la possibilité d’interroger de manière concourante plusieurs aspects de ces mutations numériques de la musique. Si l’analyse de la filière musicale a, depuis longtemps, attiré l’attention sur la nécessité d’une réflexivité interdisciplinaire entre des approches difficilement accordables (notamment entre les approches sociologiques ou socioéconomiques et musicologiques), il est certain que les récentes évolutions numériques invitent encore davantage à de telles réflexions.

Directives aux auteurs

Les contributions doivent être soumises en français. Les textes doivent comprendre entre 40 000 et 50 000 caractères espaces compris et suivre le modèle APA pour la présentation bibliographique, tel que présenté par l’Université de Montréal : http://guides.bib.umontreal.ca/disciplines/20-Citer-selon-les-normes-de-l-APA (voir en particulier les rubriques « Dans le texte » et « En bibliographie »). Les auteur.e.s sont invités à respecter les consignes de la revue concernant la mise en forme du texte (consignes disponibles sur le site de la revue, à la page http://ticetsociete.revues.org/90).

Les manuscrits feront l’objet de deux évaluations selon la procédure d’évaluation à l’aveugle.

La date limite de soumission des articles (voir consignes aux auteurs http://ticetsociete.revues.org/) est fixée au 15 octobre 2018.

Les propositions d’articles doivent être envoyées à l’attention de Christophe Magis (christophe.magis@univ-paris8.fr) et de Lucien Perticoz (lucien.perticoz@univ-lyon3.fr).

Il est également possible de proposer en tout temps des textes hors thème. Ceux-ci sont aussi évalués selon la procédure d’évaluation en double aveugle et publiés dans la rubrique « Varia » ou conservés pour un prochain numéro thématique. Merci, dans ce cas, d’envoyer vos textes à l’adresse suivante : ticetsociete@revues.org

Bibliographie

Adorno T.-W. (2010). Current of Music, Paris, Ed. MSH.

Becker H.-S. (1988). Les mondes de l’art, Paris, Flammarion.

Boltanski L., Chiapello E. (1999). Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Bouquillion P., Combes, Y. (dir.) (2011). Diversité et industries culturelles, Paris, l’Harmattan.

Bull M. (2000). Sounding out the city. Personal stereos and the management of everyday life, Oxford, Berg.

DeNora T. (2003). Music in everyday life, Cambridge, Cambridge University Press.

Flichy, P. (2010). Le sacre de l’amateur, Paris, Seuil.

Granjon F., Combes C. (2007). « La numérimorphose des pratiques de consommation musicale. Le cas de jeunes amateurs », Réseaux, 6/2007 (n° 145-146), p. 291-334.

Gras S.-E. (2008). « L’innovation en conflit : les plateformes collaboratives de musique sur Internet », Hermès, La Revue, 1/2008 (n° 50), p. 121-127.

Guibert G., Sagot-Duvauroux, D. (2013). Musiques actuelles : ça part en live !, Paris, Irma/Deps.

Hesmondhalgh D. (2013). Why Music Matters, Malden, Wiley-Blackwell.

Jouvenet M. (2008). Rap, techno, électro : Le musicien entre travail artistique et critique sociale, Paris, Ed. MSH.

Le Guern P. (dir.) (2017). En quête de musique. Questions de méthode à l’ère de la numérimorphose, Paris, Hermann.

Le Guern P. (dir.) (2016). Où va la musique ? Numérimorphose et nouvelles expériences d’écoute, Paris, Presses des Mines.

Magis C. (2015). La musique et la publicité. Les logiques socio-économiques et musicales des mutations des industries culturelles, Paris, Éditions Mare et Martin.

Matthews J., Perticoz L. (dir.) (2012). L’industrie musicale à l’aube du XXIe siècle. Approches critiques, Paris, L’Harmattan.

Menger P.-M. (2008). Portrait de l’artiste en travailleur, Paris, Seuil.

Miège B. (2017). Les industries culturelles et créatives face à l’ordre de l’information et de la communication, Grenoble, PUG.

Morin E. (1961). « L’industrie culturelle », Communications, n° 1, p. 38-59.

Shuker R. (2008). Understanding popular music culture, London, Routledge.

  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • Logo Artic
  • Logo Université Paris 13 Nord
  • Logo Université du Québec à Montréal
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org