Navigation – Plan du site

La foi catholique et les dispositifs numériques : le cas de la diaspora catholique vietnamienne

Anh Ngoc HOANG

Résumés

Cette étude entend offrir un éclairage sur le rapport entre la foi catholique et les dispositifs numériques dans la situation particulière des catholiques vietnamiens diasporiques. Sur le plan épistémologique, l’approche communicationnelle mettra en évidence l’articulation entre ce qu’offrent les dispositifs numériques et ce qu’en font des usagers. À travers une recherche documentaire sur la constitution de la population catholique vietnamienne d’outre-mer, l’analyse sémiotique de deux sites web et une enquête sociologique par questionnaires et entretiens, ce travail mettra en lumière l’appropriation des médias numériques par cette population et sa façon propre d’imaginer de nouvelles manières de pratiquer sa foi en situation de dispersion. L’enquête montrera une catholicité vietnamienne d’outre-mer en dynamique imaginative qui soulève le défi de repenser la compréhension de l’Église catholique en général sous l’angle du rapport entre le « en ligne » et le « hors ligne », entre l’ancrage solide des traditions et les connections « liquides » contemporaines.

Haut de page

Texte intégral

1L’intérêt scientifique de ce travail de recherche portant sur les médias numériques des Vietnamiens catholiques est justifié par deux raisons. D’une part, il est généralement admis que transmission et communication sont au cœur de la mission des Églises et de la vocation des religions (Marechal, Méadel et Veyrat-Masson, 2011, p.6). Ainsi, la question de la communication en régime chrétien catholique présente un intérêt scientifique évident, car « le christianisme catholique peut apparaître comme un système total de communication » et « la culture chrétienne a peut-être constitué […] une matrice de la communication occidentale moderne » (Douyère, 2010, p.17). De son côté, l’Église catholique n’a cessé d’exprimer son intérêt tout particulier pour les moyens médiatiques, abordés par le décret du concile Vatican II Inter Mirifica, en 1963, comme figurant « parmi les merveilleuses découvertes techniques qu’avec l’aide de Dieu, le génie de l’homme a tirées de la création » (§ n°1). Cette même vision positive de l’Église catholique, concrétisée dans l’instauration de la « Journée mondiale des communications sociales », se poursuit jusqu’à l’époque d’internet avec ces premiers mots exprimés dans un autre texte officiel de 2002 intitulé L’Église et Internet : « L'intérêt de l'Église pour Internet est une expression particulière de son intérêt de longue date pour les moyens de communication sociale » (§ n°1).

2D’autre part, force est de constater qu’il existe déjà des travaux traitant de la question de la religion catholique des Vietnamiens d’outre-mer (notamment Phan, 2000, pour les catholiques vietnamiens aux États-Unis ; Tran Van Toan, 1998, pour ceux de France ; Dorais, 2011, 2007, pour ceux du Canada ; Kawakami, 2003, pour ceux du Japon et d’Australie), mais plus rares sont ceux qui se penchent sur l’étude des médias catholiques vietnamiens, qui sont souvent appréhendés sous un angle essentiellement théologique et pastoral chrétien (voir Nguyen Ngoc Son, 2006 ; Le Dinh Bang, 2009 ; Ngoc Lan, 2010). Cependant, le champ spécifique concernant les rapports entre la population des catholiques vietnamiens en diaspora et les technologies de l’information et de la communication (Tic) reste, à notre connaissance, inexploité (à l’exception de l’article de Hüwelmeier, 2014). Ce travail se propose donc d’explorer ce champ encore largement en friche.

3Dans cette perspective, cet article a pour objectif de proposer une première analyse de la façon dont les catholiques vietnamiens d’outre-mer mobilisent et s’approprient des dispositifs numériques dans la perspective qui leur est propre de tenter d’imaginer de nouveaux modes de pratique de leur foi catholique dans un mode de vie contemporain marqué par la dispersion géographique et l’omniprésence technologique. Ces nouvelles pratiques de foi catholique vietnamienne qui tentent d’intégrer le « en ligne » et le « hors ligne » montreront l’imaginaire d’un catholicisme vietnamien trans-nationalisé et conduisent à repenser la compréhension de l’Église catholique à l’ère du numérique.

4L’article comportera trois parties. Dans un premier temps, sur le plan épistémologique, le choix d’une approche communicationnelle a pour objectif de saisir la complexité des dispositifs numériques en tant qu’objets en cours de stabilisation et il justifiera le recours à une triple approche méthodologique, à savoir une recherche documentaire sur la constitution de la population catholique vietnamienne d’outre-mer, une analyse sémiotique des dispositifs et une enquête sociologique par questionnaires et entretiens auprès des usagers catholiques vietnamiens. Dans un deuxième temps, une présentation succincte sera consacrée à la constitution de la population de catholiques vietnamiens diasporiques dans le contexte des mouvements migratoires vietnamiens à l’époque contemporaine. La troisième et dernière partie portera sur l’analyse de deux premiers résultats de ce travail de recherche.

1. Approche communicationnelle : une épistémologie pour saisir la complexité des dispositifs numériques

1.1. Un cadre théorique au croisement d’approches

5Dans la lignée de certains travaux menés en sciences de l’information et de la communication (Le Marec, 2002 ; Davallon, 2004 ; Monnoyer-Smith, 2008), ce travail s’inscrit dans une posture communicationnelle conçue comme « une épistémologie de la complexité », à savoir qu’elle construit des objets de recherche « sur la complexité et l’hétérogénéité intrinsèque des objets sociotechniques autour et à travers lesquelles se constituent les pratiques sociales analysées » (Monnoyer-Smith, 2008). Prenant en compte « l’inscription de la matérialité des supports de communication dans les pratiques sociales » (Ibid.), c’est-à-dire s’attachant « à des complexes et non à des objets unitaires » (Davallon, 2004, p.34) ou à des « composites » (Le Marec, 2002), le regard communicationnel peut offrir un éclairage particulier par «  son aptitude à articuler […] des processus et des techniques, des pratiques et des dispositifs » (Monnoyer-Smith, op.cit.).

6Par ailleurs, elle se nourrit également de la théorie de la « médiation de sens » telle qu’elle est proposée par Stewart Hoover soit la recherche des significations sociales que les médias ont pour les gens, et l’accent mis sur le côté de réception de la communication (Hoover, 2006, cité par Lundby, 2013, p.230). Aussi dans le sillage des travaux de Nick Couldry qui vont au-delà des médias conçus seulement comme institutions, textes ou objets technologiques, cette étude considère des médias sous l’angle des pratiques ; cela signifie se demander ce que les gens font dans le cadre de médias à travers toute une gamme de situations et de contextes (Couldry 2004, cité par Lundby, 2013, p.230).

7Et puis, ayant affaire à des usages de dispositifs numériques, c’est-à-dire dans un cadre où « les phénomènes observés sont encore en cours de stabilisation» (Coutant et Domenget, 2014, p.231), cette étude s’appuiera sur une topique élaborée par la sociologie critique des usages et composée de quatre catégories analytiques : l’usage (ce que les gens font effectivement avec le dispositif), la pratique (l’activité quotidienne plus large de l’individu ou du groupe qui repose sur l’usage de différents dispositifs), les représentations mentales et sociales de la technique, et le contexte, social, politique et culturel (Jauréguiberry et Proulx, 2011, cités par Coutant et Domenget, 2014, p.235).

  • 1 Nous proposerons plus loin une discussion du terme « diaspora » et notre justification quant à son (...)
  • 2 Tristan Mattelart a proposé une lecture critique de l’émergence de ce champ de recherche dans son a (...)

8Enfin, cette recherche se trouve aussi enrichie de réflexions théoriques portant sur les rapports complexes qu’entretiennent des populations contemporaines en mouvement, baptisées désormais « diasporas »1, avec les technologies de l’information et de la communication depuis la seconde moitié des années 19902. Ainsi, en nous appuyant sur les travaux d’Arjun Appadurai (1996), nous souscrivons à la thèse d’une imagination collective en tant que pratique sociale à l’œuvre à l’ère de la globalisation où les médias et la migration sont deux facteurs majeurs qui rendent possible la nouvelle force de cette imagination collective.

1.2. Des méthodologies plurielles

9Une fois posée, cette posture épistémologique permet d’adopter une démarche méthodologique plurielle, susceptible de tenir compte de cette complexité du phénomène observé.

10D’abord, une recherche documentaire vise à saisir le contexte de la naissance de ces communautés diasporiques des catholiques vietnamiens en la situant dans le mouvement général de migrations importantes des Vietnamiens au cours du xxe siècle. Cette analyse permettra de discuter dans quelle mesure l’usage de l’expression « diaspora catholique vietnamienne » pourra faire sens.

  • 3 Vietcatholic.net a été classé premier dans la liste des dix (Top Ten) sites web catholiques vietnam (...)
  • 4 Vietcatholic.net se donne à voir, par son nom même, comme un site web de et pour l’ensemble de la c (...)

11Puis, une approche sémiologique portera sur deux sites web significatifs de la diaspora catholique vietnamienne, à savoir Vietcatholic.net et Mekhiettam.org, choisis sur la base de leur popularité, de leur ancienneté 3 ou de leur signification4.

12Enfin, une enquête sociologique sur les usages et les représentations des dispositifs numériques sera mise en œuvre auprès des usagers catholiques vietnamiens au Việt Nam et d’outre-mer, sous une double forme : un questionnaire puis un entretien semi-directif.

13L’enquête s’est, en effet, déroulée en deux étapes :

14- première étape : un questionnaire exploratoire composé principalement de questions ouvertes, mené de janvier à mars 2014, qui a donné lieu à une trentaine de réponses de la part des catholiques vietnamiens du pays et d’outre-mer ;

15- seconde étape : un nouveau questionnaire, composé principalement de questions fermées, formulées sur la base des réponses de la première étape de l'enquête, a été effectué d'août à octobre 2014, avec près de 132 réponses des vietnamiens catholiques nationaux et 46 réponses des vietnamiens catholiques diasporiques. En outre, un entretien a été mené auprès d’une dizaine de personnes catholiques vietnamiennes du Vietnam et d’ailleurs.

16Dans la première étape, les questionnaires ont été diffusés, sous forme de document Word, via messagerie personnelle, dans un milieu catholique proche du chercheur en raison de la phase exploratoire de cette étude, en recherchant la diversité sur le plan international et en termes d’états de vie des répondants. Mon choix s’est orienté vers des catholiques vietnamiens ou d’origine vietnamienne, pratiquants, en milieu urbain, et plutôt de classe moyenne.

17Dans la seconde étape, à partir du premier réseau d’enquêtés, j’ai tenté d’élargir le cercle des enquêtés en proposant aux premiers de faire passer le nouveau questionnaire à leur entourage (famille, paroissiens, amis catholiques, membres d’un même mouvement ou d’une même association religieuse, etc.). Le questionnaire était mis en ligne à travers le service Google Drive.

2. Les Vietnamiens catholiques d’outre-mer : grands traits d’une communauté diasporique

18Il semble évident que l’établissement des communautés vietnamiennes catholiques hors du Việt Nam s’inscrit dans l’histoire générale des mouvements migratoires vietnamiens, notamment durant le siècle dernier. Sans entrer dans les détails de ce phénomène complexe (pour une plus ample présentation de l’histoire de l’émigration vietnamienne au XXe siècle, voir Hoang et Vigne, 2014), on estime, en 2012, à environ quatre millions le nombre de Vietnamiens à l’étranger (descendants inclus), notamment  aux États-Unis (1, 5 million), en France (300 000), au Canada (250 000), en Australie (245 000), en Allemagne (100 000) selon la Review of Vietnamese Migration Abroad (2012, p.29). C’est au sein de cette population hétérogène (périodes et motivations de départ, profils de migrants, lieux de réinstallation, etc.) que se sont établies des communautés catholiques vietnamiennes diasporiques.

19Au sujet du mouvement migratoire des Vietnamiens catholiques à l’époque contemporaine, il faudrait mentionner au préalable l’exode massif interne des catholiques nord-vietnamiens en 1954, connu sous le nom du mouvement « Bắc di cư ». Estimés à un million de personnes, ces migrants internes nord-vietnamiens, composés essentiellement de catholiques, se sont réfugiés dans le Sud-Việt Nam pour des raisons religieuses, mais aussi socio-culturelles, économiques et politiques.

20Puis, suite à la prise de Saigon en avril 1975 et à l’arrivée du régime communiste dans l’ensemble du Việt Nam, l’Église catholique vietnamienne a vécu un temps de grande répression et de persécution : confiscation du grand nombre des propriétés de l’Église dans le Sud-Việt Nam (établissements scolaires, établissements religieux, hôpitaux, orphelinats, imprimeries, etc.), expulsion de tous les missionnaires et du nonce apostolique, emprisonnement de l’évêque auxiliaire de Saigon, fermeture de tous les séminaires de 1975 à 1986, incarcération de prêtres dans des « camps de rééducation » où ils se trouvent emprisonnés avec des intellectuels, des hommes politiques, des soldats et tous ceux qui avaient collaboré avec le régime sud-vietnamien, etc.

21Ainsi, aggravée par d’autres bouleversements socio-économiques et politiques de l’après-1975, cette situation de répression religieuse a poussé de nombreux catholiques vietnamiens, parmi plus d’un million de Vietnamiens, à quitter leur terre natale pour trouver refuge et sécurité outre-mer.

22En 2003, on dénombrait, sur une population estimée à 2 millions de Vietnamiens d’outre-mer, environ entre 500 000 et 550 000 catholiques, répartis sur 37 pays différents sur les cinq continents dont 200 000 aux États-Unis, 75 000 en France, 35 000 en Australie, 20 000 au Canada, 10 000 en Allemagne, 700 en Italie. Parmi eux, il y avait 1 036 prêtres, 165 religieux et des milliers de religieuses qui étaient au service de plus de 300 communautés catholiques diasporiques dans le monde (statistiques fournies par Đỗ Hữu Nghiêm A., Nguyễn Ngọc Sơn A. Trần Qúy Thiện J., 2004, p.874 et par l’agence Fides, 2003). Aujourd’hui, faute de statistiques récentes, mais en s’appuyant à la fois sur le chiffre précité de l’agence Fides et d’autres sources (Phan, 2000), on pourrait estimer à un tiers ou un quart de la population vietnamienne d’outre-mer totale le nombre des Vietnamiens catholiques, soit entre 1 million et 1,3 million.

23Se pose maintenant la question de savoir comment nommer ces populations vietnamiennes spécifiques ? En nous appuyant sur les travaux de Stéphane Dufoix (2011), l’usage de l’expression « diaspora catholique vietnamienne » pourra faire sens, à différents niveaux et selon différentes acceptions. Sur le plan étymologique, « Diaspora est un mot grec, fabriqué à partir du verbe grec diaspeírô, et signifiant ‘dispersion’, ‘éparpillement’» (Dufoix, 2011, p.45). La dispersion géographique de fait de cette population catholique vietnamienne justifie donc l’usage « diaspora catholique vietnamienne » au sens étymologique. Sur le plan historique, diaspora est porteuse d’une « charge négative lourde de malheur, de persécution et de punition, essentiellement liée à l’histoire du peuple juif » (ibid., p.31). L’exode des catholiques vietnamiens en raison des mesures de répression et de persécution dont ils étaient victimes à partir de 1975 permet de les considérer comme « diasporiques ». Sur le plan théologique chrétien, par ailleurs, dans le Nouveau Testament « diaspora » « correspond à une formule ecclésiologique désignant les membres de l’Église du Christ dont la condition terrestre est celle de l’étranger de passage » (Arowele, Diaspora-Concept in the New Testament, 1977, cité par Dufoix, 2011, p.79.). Ainsi, les catholiques vietnamiens hors du Việt Nam, suivant cette conception théologique de la diaspora, vivraient finalement une condition diasporique, comme tout chrétien sur terre, tenu « en dehors de sa vraie patrie qui est le royaume des cieux, la Jérusalem céleste » (ibid., p.80).

24À la lumière de ces éléments concernant leur émergence dans l’histoire, les catholiques vietnamiens d’outre-mer ont formé une communauté diasporique  en référence à la diaspora juive, c’est-à-dire une dispersion caractérisée essentiellement par un événement douloureux, une mémoire collective, un désir et le fait de maintenir des relations avec le pays d’origine et l’Église d’origine, et l’existence de réseaux transnationaux de communautés catholiques vietnamiennes.

25À titre d’illustration, on peut noter l’existence de deux organisations de nature transnationale rassemblant des catholiques vietnamiens du monde : d’une part, le Bureau de coordination pour la pastorale des Vietnamiens de la diaspora, une instance vaticane, créée en 1986 par la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, basée à Rome ; d’autre part, le Mouvement des laïcs vietnamiens de la diaspora, une association de fidèles laïcs créée en 1992, placée sous la tutelle du Conseil pontifical pour les laïcs et forte d’un réseau transnational de 42 bureaux basés aux Etats-Unis, en France, en Allemagne, en Australie, etc. (Đỗ Hữu Nghiêm, Nguyễn Ngọc Sơn A. , Trần Qúy Thiện, 2004, pp.975-880). Force est de constater l’usage explicite du terme de « diaspora » par ces instances officielles catholiques.

3. L’imaginaire d’une catholicité vietnamienne en situation diasporique à l’ère du numérique

3.1. Des connexions numériques à la communion ecclésiale : transnationalisation d’un catholicisme vietnamien

26Parmi les trois catégories d’activités religieuses principales en ligne, à savoir celles liées aux « préoccupations spirituelles ou religieuses personnelles », celles liées à « la religion institutionnelle traditionnelle », et celles concernant « la recherche de nouvelles en ligne » (Hoover, Schofield Clark et Rainie, 2004, cité par Arasa, Cantoni et Ruiz, 2010, p.33), il est intéressant de noter que l'un des services importants que proposent les sites web des catholiques vietnamiens d’outremer est de donner des nouvelles en ligne sur des événements et des affaires catholiques au Việt Nam ainsi que dans les communautés catholiques d'outre-mer et dans le monde. Cette dimension informationnelle maintient les visiteurs « connectés » aux diverses réalités des catholiques vietnamiens et de l'Église catholique, où qu'ils soient.

27Le site Vietcatholics.net en est une illustration significative. En fait, la section intitulée «Nouvelles de l'Église vietnamienne » [Tin Giáo Hội Việt Nam] comporte sans distinction des événements et des affaires catholiques à la fois au Việt Nam et dans les communautés catholiques vietnamiennes d’outremer (fig.1). Voici quelques titres d’articles de la première partie de cette section du 5 novembre 2014 : au Việt Nam : « Célébration de la messe pour les fidèles défunts au cimetière des fœtus humains Dong Tien- Lagi », « La paroisse Chu Hai, Ba Ria : le mois de prières pour les âmes » ; dans les communautés d’outre-mer : « Commémoration de l'ancien président Ngo Dinh Diem aux Pays-Bas », « La communauté catholique vietnamienne à San Jose visite un cimetière », « Paris commémore les responsables militaires de la République du Việt Nam à Nogent sur Marne ».

Fig.1 : Capture d'écran du site Vietcatholic.net le 5 novembre 2014.

28Ainsi, ce site considère tous ces événements, qu’ils se produisent au Việt Nam ou ailleurs (États-Unis, France, Australie, Allemagne, Pays-Bas, etc.), comme appartenant à une entité ecclésiale commune, à savoir « l'Église catholique vietnamienne ». Cette identification intentionnelle des différentes réalités par ce média numérique reflète autant qu’elle construit une représentation spécifique selon laquelle les communautés catholiques vietnamiennes de la diaspora font toujours partie de l'Église catholique vietnamienne.

29La même vision est perçue sur la page d'accueil du site web Mekhiettam.org. On peut remarquer la présence de cinq horloges qui donnent des indications horaires dans cinq villes différentes : Californie, New-York, Saigon, Paris et Queensland (fig.2a). En fait, ce site suggère aux internautes de rejoindre son salon de prière en ligne, basé sur Paltalk, à quatre horaires différents chaque jour : 3 heures, 8 heures, 14 heures et 20 heures (fig.2b)5.

30Selon Mme Lan – la fondatrice de ce média numérique (un salon de discussion et un site web) – qui vit au Danemark, ces quatre horaires sont mis en place de cette manière afin que les catholiques vietnamiens dans différents pays et continents (Việt Nam, Europe, USA et Australie) puissent rejoindre un créneau de prière en ligne. Donc, ce site vise à atteindre, par son fonctionnement, des visiteurs catholiques vietnamiens dans le monde entier. En reliant ces catholiques vietnamiens à travers le monde dans un culte partagé en ligne et dans d'autres activités communes que nous verrons plus loin, ce média numérique permet de transnationaliser le catholicisme vietnamien d’aujourd'hui.

Fig.2a : Capture d'écran de la page d'accueil du site Mekhiettam.org du 5 novembre 2014.

Fig.2a : Capture d'écran de la page d'accueil du site Mekhiettam.org du 5 novembre 2014.

Fig.2b : capture d'écran du site Mekhiettam.org, indiquant les horaires de prière en ligne, le 5 novembre 2014.

31En outre, ces médias numériques catholiques vietnamiens informent aussi sur des événements et des affaires catholiques dans le monde, en particulier ceux concernant le Vatican et le pape. Par conséquent, ils créent pour ces utilisateurs catholiques vietnamiens un sentiment d’être en « liens numériques » avec d'autres croyants catholiques et avec le Vatican, en d'autres termes avec ce qu'on appelle, selon la terminologie catholique, « l'Église universelle ». Par exemple, la section « Nouvelles de l'Église universelle » (Tin Giáo Hội Hoàn Vu) du site Vietcatholic du 18 novembre 2014 donne à lire un compte-rendu des diverses activités du pape François, de la fête de Thanksgiving aux États-Unis, de la situation actuelle des chrétiens en Turquie, etc. Par ailleurs pour produire ces nouvelles portant sur le Vatican et le monde catholique en langue vietnamienne, ces sites catholiques vietnamiens reproduisent principalement des informations à partir de sources officielles telles que Zenit.org, Catholic News Agency, Rome Reports, AsiaNews.it.

32Il importe maintenant d'examiner quels usages les internautes catholiques vietnamiens mettent en œuvre effectivement et quelles représentations ils se forgent des implications de ces connexions numériques sur leur foi.

33En ce qui concerne les usages effectifs, les résultats obtenus grâce à notre enquête par questionnaires montrent que « s’informer sur l’Église catholique vietnamienne au Việt Nam » constitue ce qui intéresse la plupart des informateurs lors de leur visite des sites catholiques vietnamiens (57% des informateurs de la diaspora l’ont choisi comme leur premier choix).

34Quant aux représentations d’internautes, répondant à la question de l'utilité des médias numériques catholiques vietnamiens pour leurs pratiques religieuses, la majorité des informateurs catholiques vietnamiens diasporiques (87 %) ont été d'accord avec cette description : « Aider à mettre à jour des nouvelles concernant sa paroisse, sa communauté, l’Église catholique vietnamienne au Việt Nam et d’outre-mer, l’Église catholique universelle. »

  • 6 La question posée était la suivante : « Selon vous, les médias numériques catholiques vietnamiens d (...)

35Cette représentation d’un impact positif des médias numériques catholiques vietnamiens sur les liens et les connexions entre les catholiques vietnamiens au Việt Nam et ceux d’outre-mer a été abondamment exprimée dans des réponses anonymes à une question ouverte de notre questionnaire6 dans les termes suivants : « Ils aident les chrétiens [vietnamiens] à être informés de la situation de l'Église locale et celle de l'Église universelle»; «Ils permettent aux catholiques vietnamiens nationaux de voir que les catholiques vietnamiens d’outre-mer font également partie de l'Église catholique vietnamienne ».

36Ainsi, nous constatons ici une cohérence entre les représentations et les usages des internautes concernant la dimension de mise en lien des médias numériques catholiques vietnamiens. Mais ce qui mérite une analyse plus approfondie pour saisir cet aspect apparemment « technocentriste » de la connectivité numérique est une signification spirituelle et religieuse que cette capacité de connexion pourrait véhiculer. En fait, les « connexions » rendues possibles par les médias numériques sont conçues et perçues par les catholiques vietnamiens dans la perspective de la « communion » chrétienne, une valeur fondamentale pour les croyants en général, sur le plan de l’anthropologie religieuse (Delaunay, 2014), et pour les catholiques en particulier.

37D’un point de vue religieux, la « communion » se réfère à « une double dimension d'accomplissement spirituel de l'être humain, a) une dimension de communauté, impliquant les notions de partage, d'échange, de réunion, de témoignage, de service, de don, de convivialité ; b) une dimension d'union personnelle, impliquant les notions de présence, de participation, de fusion avec le divin, d'adoration, d'accomplissement, d'unicité » (Delaunay, 2014). D’un point de vue catholique, en particulier, la « communion » signifie « la communauté unie des fidèles ou des saints, ou de l'Église comme un corps de croyants. [...] La communion unit l'individu à la fois verticalement et horizontalement avec Dieu, avec son prochain dans une communion avec le Christ » (Flinn, 2007, p.171).

38En effet, le terme « communion » [Hiệp thông] a été utilisé de nombreuses fois dans des réponses ouvertes de la part de nos informateurs, quand ils expriment leur perception des avantages des médias numériques vietnamiens catholiques : « Ils créent de la communion et des liens entre les catholiques vietnamiens au Việt Nam et ceux des communautés d’outre-mer » ; « Ils permettent à tous les chrétiens dans l'Église d'être en communion » ; «Ils permettent à l'Église au Việt Nam de voir l'unité et la communion de la famille catholique vietnamienne indépendamment du lieu ».

39Cette perception a été également confirmée par la majorité des informateurs (87%) exprimant leur accord sur la description suivante relative à l'utilité des médias numériques catholiques vietnamiens dans la vie catholique : « Aider à construire la communion entre des catholiques vietnamiens ; entre l’Église vietnamienne et l’Église universelle ».

40Loin d'être issue des caractéristiques technologiques de ces médias numériques, cette « communion » est conçue par ces catholiques vietnamiens comme un fruit de la prière, de la compréhension, de partage, de soutien et d'ouverture : « Ils créent de la communion dans la prière et l'évangélisation » ; « Les médias numériques des catholiques vietnamiens d’outre-mer apportent du partage, de l'ouverture et du soutien à l'Église catholique vietnamienne au Việt Nam » ; (Ils offrent) « Plus de compréhension au sujet de la vie de l'Église dans le monde » ; « La lecture des informations et des témoignages des chrétiens de partout dans le monde permet de prendre conscience de son appartenance à l’Église, incite à prier pour des Églises en persécution ».

41Ainsi, il a été démontré que les médias numériques catholiques vietnamiens ont rendu possibles et visibles des connexions et des liens entre les catholiques vietnamiens du pays et ceux de la diaspora, entre l'Église catholique romaine du Việt Nam et l’« Église universelle ». Ces liens numériques jouent un rôle significatif dans le développement d'un sens contemporain de la « communion ecclésiale » entre les diverses communautés catholiques vietnamiennes qui sont dispersées géographiquement dans le monde entier. Dans cette perspective, ils contribuent à façonner un catholicisme vietnamien transnationalisé contemporain.

42Outre cette question de la « communion ecclésiale », la communication numérique par les catholiques vietnamiens d’outre-mer permet également d’imaginer de nouvelles pratiques religieuses à l’ère du numérique.

3.2. Au-delà des valeurs anciennes et des nouvelles pratiques : invention de nouvelles façons d'être catholique vietnamien dans un contexte des pratiques hybrides en ligne et hors ligne

3.2.1. Vers des pratiques de foi catholique de plus en plus soutenues par des technologies numériques

  • 7 L’avent est une période du temps liturgique catholique qui commence le 4e dimanche avant Noël. Pour (...)
  • 8 Pour une explication théologique complète de cette notion, on peut se référer au « portail de la li (...)

43Le site diasporique Vietcatholic illustre bien cet aspect. Sur la partie droite de la page d'accueil du site du 8 décembre 2014, on peut cliquer sur la section intitulée « liturgie » pour afficher une liste d'articles qui représentent des méditations sur la Parole de Dieu, des homélies liées à la fête de l'Immaculée Conception, à la messe du 2e dimanche de l'Avent7, etc. (voir fig.3). À côté de cette section s’en trouve une autre appelée « liens » qui comporte, entre autres, les sous-sections telles que calendrier liturgique, homélies, prières de messe. Ici sont donnés plus de détails aux internautes catholiques vietnamiens pour les aider à pratiquer leur foi dans le domaine de la « liturgie » qui peut être compris simplement comme l’ensemble des actes officiels de culte de l'Église rendus à Dieu8. Par exemple, le « calendrier liturgique » contient des dates, la couleur des vêtements à porter par le prêtre lors de chaque célébration, et les références de lectures de la Bible aux dates correspondantes (voir fig.4). Tous ces éléments représentent des normes très codifiées de l'Église catholique romaine concernant le service religieux pour assurer les pratiques communes à tous les croyants catholiques, où qu'ils soient dans le monde.

Fig.3 : Capture d'écran de la page d'accueil du site Vietcatholic du 8 décembre 2014 ; la section "Liturgie", à droite, est ici entourée d’un cadre rouge.

Fig.3 : Capture d'écran de la page d'accueil du site Vietcatholic du 8 décembre 2014 ; la section "Liturgie", à droite, est ici entourée d’un cadre rouge.

Fig.4 : Capture d'écran de la sous-section intitulée « calendrier liturgique » du site Vietcatholic, le 8 décembre 2014.

  • 9 En effet, dans notre questionnaire, 80% des informateurs diasporiques ont été d’accord avec la desc (...)

44Dans la même perspective, il est intéressant d'examiner l’exemple du fichier Powerpoint téléchargeable appelé « Évangile du 2e dimanche de l'Avent 2014 » (fig.5). Ce document est un texte illustré et bilingue en vietnamien et en anglais d'un passage de la Bible, extrait du Nouveau Testament, et correspondant à la lecture de la messe du 2e dimanche de l'avent. L'utilisation d'un texte bilingue, anglais et vietnamien, montre une prise de conscience de la nécessité de s’adresser à un public diversifié dans les communautés catholiques vietnamiennes d'outre-mer où les jeunes générations d'origine vietnamienne ne comprennent pas toujours la langue vietnamienne9.

Fig.5 : Capture d'écran de la 1ere page du document Powerpoint de l’évangile du 2e dimanche de l’Avent sur le site Vietcatholic du 8 décembre 2014.

45Le recours aux technologies numériques pour les pratiques de foi catholique est également intéressant sur le site Mekhiettam.org. Un exemple significatif est le programme de « retraite – formation spirituelle » annoncé sur le site que nous pouvons voir le 8 décembre 2014 (fig.6). La nouveauté réside ici dans l’offre d'une nouvelle pratique de foi, qui est la possibilité de suivre une retraite – formation à distance grâce à un support technologique qu’est un site web. En fait, pour chaque jour, les internautes peuvent librement télécharger les fichiers audio de la lecture biblique et de l’homélie qui ont été produits par le prédicateur en charge et affichés sur le site web à leur disposition. Sur la base des informations recueillies dans notre entretien avec la fondatrice de Mekhiettam.org, ce site est caractérisé par une dimension transnationale avec un directeur spirituel qui est un prêtre d'origine vietnamienne, basé en France, et une centaine de membres vietnamiens dispersés entre le Việt Nam, les États-Unis, l'Europe et l'Australie.

Fig.6 – Capture d'écran du programme « Retraite – formation » sur le site Mekhiettam.org du 8 décembre 2014.

46Ainsi, dans une tentative de répondre aux besoins religieux d’une population de catholiques vietnamiens géographiquement dispersés dans le monde qui ne peuvent pas toujours assister à une retraite-formation spirituelle « classique » organisée dans un centre spirituel local, ce site offre une nouvelle façon de vivre une expérience de la foi catholique. Cette nouvelle pratique correspondrait à la fois à un mode de vie de plus en plus mobile et à une foi plus personnalisée de nos contemporains.

47Après avoir examiné quelques nouvelles possibilités offertes par ces médias numériques des catholiques vietnamiens, il est maintenant important de tenir compte des usages et des pratiques effectifs des internautes.

48Tout d'abord, même s’ils ne passent pas beaucoup de temps en ligne (48% des catholiques vietnamiens d'outre-mer ont déclaré passer de une à trois heures en ligne par jour), la majorité d’entre eux (83%) considèrent l’internet comme une source principale d'informations et montrent des usages importants de médias numériques pour leur foi catholique, par exemple « regarder un programme catholique sur l’internet (sur Youtube, ou ailleurs) », ou « lire un écrit catholique sur un site web ou un blog ».

49Ensuite, parmi les six centres d’intérêts les plus importants sur les sites catholiques vietnamiens, il est intéressant de noter la très grande importance que les usagers diasporiques accordent au fait de s’informer sur l’Église catholique au Việt Nam, dans le monde et dans les communautés d’outre-mer (trois réponses sur six). Cela confirme notre analyse précédente quant à la construction de la « communion ecclésiale » que permettent désormais, entre autres, les supports médiatiques numériques catholiques.

50Enfin, quant aux représentations des usagers catholiques vietnamiens, notre enquête montre que la plupart d'entre eux ont exprimé leur accord sur les nombreux avantages des médias numériques catholiques par rapport aux médias traditionnels (presse écrite, radio, télévision, etc.). Avec la même vision positive, ils considèrent les médias numériques catholiques vietnamiens très utiles pour leur vie de foi. Ainsi, les médias numériques catholiques vietnamiens sont perçus par les usagers comme des ressources documentaires, des outils de communion, un soutien à la prière et à la maturité intérieure, une aide à la formation religieuse.

51En résumé, cette analyse a mis en lumière l'importance croissante des pratiques religieuses des catholiques vietnamiens à travers des médias numériques. Mais, comme il l’a été démontré, « les usagers d'internet connectent de manière conceptuelle et pratique leur vie sociale online et offline, plutôt que de les voir comme des sphères séparées ou déconnectées » (Wellman et Haythornwaite, 2002 ; Wellman 2004, cités l’un et l’autre par Campbell, 2013, p.63).

3.2.2. Vers une foi catholique combinant de façon croissante en ligne et hors ligne

52Dans cette partie, une analyse détaillée sera effectuée des deux dispositifs numériques que forment le site Mekhiettam (<http://mekhiettam.org>) et le salon de discussion basé sur Paltalk nommé Me Khiet tam bao ve su song.

53Force est de constater, d’emblée, la perspective de l'intégration de prière en ligne et d'actions hors ligne qui est explicitement envisagée dans la section « présentation ». En fait, « la vision » [Tôn Chi] détermine deux objectifs de ce salon de discussion : « Aimer Dieu et aimer les uns les autres », et explique : « Aimer Dieu signifie L’adorer n’importe où et n’importe quand. Le salon de discussion dispose de quatre horaires pour réciter des prières, faire des lectures bibliques et de la méditation, et chanter pour louer le Seigneur éternel. Aimer les uns les autres signifie prier pour sa famille, ses parents, les fœtus humains, les prêtres, et les âmes du purgatoire. [Cela signifie également] apporter de l’amour aux orphelins, aux pauvres, aux personnes âgées et solitaires »10.

54Ainsi, initialement, ce dispositif propose un service de « culte » (au moins au sens partiel, non sacramentel) catholique en ligne qui comporte à la fois prière en ligne et des supports documentaires religieux prévus à cet effet. Dans cette perspective, ce cyberespace fonctionne vraiment comme un « lieu rituel », où le « rituel » pourrait être défini comme « l'engagement délibéré avec le sacré quel que soit le sacré pour ceux qui s’y impliquent » (Helland, 2013, p.27). À la suite de la distinction entre les « online rituels » qui sont des rituels effectués dans l'espace numérique, et les « rituels online » qui se réfèrent à des recommandations, des textes de rituels, et des documents sur les rituels qui peuvent être trouvés sur des sites web (Miczek, 2008 et Heidbrink, 2007, cités par Helland, 2013, p.36), on peut dire que le salon de discussion Me Khiet tam bao ve su song propose la « online prière », tandis que le site web Me Khiet tam offre une « prière online » à ses usagers d’internet, par exemple les indications pratiques pour la récitation de la prière à la miséricorde divine (voir fig.7).

55Ces indications permettent aux usagers de ce salon Paltalk de faire l’expérience d’un rituel de prière en ligne comme s’ils étaient dans un rassemblement de prière traditionnel présentiel. Plus profondément, les activités de foi catholique en ligne proposées dans ce dispositif numérique reflètent certaines dévotions populaires de longue date des catholiques vietnamiens, à savoir les dévotions mariales, la récitation de prières, les prières pour les âmes du purgatoire, et attestent également d’un grand respect vis-à-vis des prêtres dans le catholicisme vietnamien (Phan, 2000, p.24).

56Pour résumer, le média numérique Me Khiet tam montre une tentative de rendre possibles certaines pratiques en ligne pour « créer une version online d'une tradition de foi offline » (Campbell, 2013, p.61). Ces nouvelles formes de pratiques religieuses qui sont « technologiquement médiatées » ont émergé d'une communauté religieuse hybride qui cherche à intégrer des pratiques religieuses numériques et des expériences en co-présence, comme nous allons le voir maintenant.

Fig.7 – Indications sur le site Mekhiettam.org pour réciter la prière à la divine miséricorde.

  • 11 Temps de pénitence pour les catholiques, qui dure depuis le mercredi dit « des cendres » jusqu'au j (...)

57En fait, ce dispositif numérique catholique propose non seulement des prières « virtuelles », mais aussi des activités caritatives « dans la vie réelle » à ses membres, tel qu'il est formulé dans sa « vision » [Tôn Chi]. Concrètement, depuis sa fondation en 2009, à chaque carême11, la « famille Mekhiettam », comme ses membres s’autodésignent, met en œuvre le « programme Ephata » qui consiste à recueillir des fonds consacrés aux activités caritatives au Việt Nam en faveur « des orphelins, des pauvres et des personnes âgées solitaires ». Outre des dons volontaires classiques, ce groupe catholique vietnamien propose également un programme de collecte de fonds spécifique intitulé « programme de chansons sur demande contre offrande » (“Chương trình nhạc bảo trợ") : les gens remettent un don en contrepartie duquel ils demandent que soient chantés des chants (le plus souvent catholiques) en leur nom.

58L’intérêt de ce phénomène sous l’angle de notre analyse est la diversité des possibilités de participation et d'engagement des internautes membres de ce salon à cette activité. En fait, certains membres offrent leur service en chantant des chansons sur demande, d'autres participent effectivement au voyage au Việt Nam afin de mettre en œuvre localement leurs actions caritatives dans différents lieux au Việt Nam. Sont publiés sur le site Mekhietam de nombreux détails du « programme Ephata » annuel de la première à la cinquième édition.

59Si ces informations reflètent une prise de conscience du principe de transparence important dans ce domaine, elles nourrissent également un sentiment d'appartenance à une même communauté. Par ailleurs, outre ce programme annuel de charité, ils ont également partagé d’autres pratiques religieuses en face-à-face comme un pèlerinage en Terre Sainte, une retraite spirituelle à Berlin, ou même des événements humains et sociaux tels que le mariage d'un membre12. Entre eux, un fort sentiment d'attachement mutuel est né : « Nous nous considérons plus que frères et sœurs pourvus des liens du sang », nous disait Mme Lan. Une bonne illustration de ces liens spirituels et interpersonnels établis entre les membres de la « famille Me Khiet tam » pourrait être la page nommée « activités de la vie » [Sinh hoạt]13 montrant des photos de cette « famille » au 2e anniversaire de ce salon de discussion en 2011. Ce qui semble être montré ici n’est pas un « groupe virtuel » avec des avatars, mais « des visages humains réels » engagés dans les interactions « réelles ». « Réel » est également un autre effet de cette communauté catholique vietnamienne hybride : la conversion au catholicisme de deux internautes qui la fréquentaient, selon Mme Lan.

60Ainsi le dispositif numérique Me khiet tam (« Notre Dame du Cœur pur ») permet de former une communauté émergente et hybride de foi catholique. En effet, en commençant par « prier ensemble en ligne », ces usagers d’internet qui sont des catholiques vietnamiens dispersés partout dans le monde en sont venus à « agir ensemble dans la vraie vie – irl [in real life] » à travers des actions caritatives, des pratiques de foi traditionnelles (pèlerinage, retraite, formation, etc.), pour enfin former une « famille » spirituelle qui se nourrit aussi bien des choses religieuses que des liens humains et qui « porte du fruit » (succès du programme caritatif, travail d’ « évangélisation » auprès de non-chrétiens).

61Mais ce cas ne semble pas exceptionnel, il montre plutôt une nouvelle réalité des catholiques vietnamiens contemporains, en particulier ceux d’outre-mer. En effet, ces derniers ont recours à des dispositifs numériques pour leurs pratiques religieuses catholiques, comme ils l'ont confirmé dans notre questionnaire. Plus des trois-quart d’entre eux (78%) étaient d'accord avec cette proposition : « Les médias numériques apportent une aide aux chrétiens qui ne peuvent pas aller à l’église pour des raisons de santé, d’incarcération, de travail, d’éloignement géographique ». En général, la majorité d’entre eux (67%), estime que « deux univers, celui du ‘‘média numérique’’ et celui de ‘‘la vie réelle’’ sont complémentaires l’un de l’autre », même s’ils ont nuancé en précisant que « des sites web catholiques ne sont que complémentaires à la vie de foi. L’essentiel reste la participation à la prière et le vécu des sacrements. »  (76%).

Conclusion

62Au stade actuel de notre recherche, les premiers résultats ont montré que des catholiques vietnamiens d’outre-mer façonnent l’imaginaire d’un catholicisme contemporain qui reflète une tentative d'intégrer des pratiques religieuses online et offline afin de vivre au mieux leur foi à l'ère de la mobilité croissante et de la technologie omniprésente. Cette réalité émergente pose de nouveaux défis mais ouvre aussi de nouvelles perspectives pour l'Église catholique en général. Même s’il parait réducteur de concevoir l’Église comme un pur « hub de connexions », formé de formes relationnelles « liquides », il devient significatif de penser la foi dans son rapport au monde d’aujourd’hui, en s’interrogeant, par exemple, comme l’a fait le théologien jésuite Antonio Spadaro « Est-il possible de penser à internet comme à une métaphore pour comprendre l’Église, sans croire pour autant, naturellement, qu’elle puisse être exhaustive ? » (Spadaro, 2012, p.63). Et notre travail d’investigation semble confirmer en partie l’une de ses réflexions : « l’Église au temps des réseaux sociaux est appelée à une tâche de ce genre, en prenant les formes adaptées, mais s’entendant aussi (et donc certainement non seulement) comme un lieu de connexion significative des personnes, capable de fournir la base pour construire des rapports de communion dans une société fragmentée » (idem, pp.65-66).

63Enfin, l’objectif scientifique de ce travail ambitionne d’identifier une dynamique imaginative à l’œuvre dans le processus de l’articulation du religieux et du numérique à l’ère de la globalisation. Ainsi le choix qui est posé dans cette enquête et qui consiste à appréhender les rapports entre la population diasporique catholique vietnamienne et les Tic est motivé par la volonté de comprendre cette problématique vietnamienne particulière en l’inscrivant dans un phénomène contemporain plus large « porteur d’enjeux essentiels », dans « une question qui est au cœur du devenir du monde contemporain » (Mattelart, 2009 a), un monde, comme l’indique Dana Diminescu (2010, p.10) « atteint par une mobilité généralisée et par une amplification sans précédent de la communication ».

Haut de page

Bibliographie

APPADURAI A., 2001, Après le colonialisme : les conséquences culturelles de la globalisation, trad. F. Bouillot, Paris, Payot.

ARASA D., L. CANTONI et L. A. RUIZ (dir), 2010, Religious Internet Communication. Facts, Trends and Experiences in the Catholic Church, Roma, Edusc.

CAMPBELL H., 2013, “Community” dans H. A. CAMPBELL (dir), Digital Religion. Understanding Religious Practice in New Media Worlds, New-York, Routledge, pp.57-71.

COUTANT A. et J.-C. DOMENGET, 2014, « Un cadre épistémologique pour enquêter sur les dispositifs sociotechniques d’information et de communication » dans H. BOURDELOIE et D. DOUYÈRE (dir), Méthodes de recherche sur l’information et la communication, Paris, Mare et Martin, pp.231-253.

DAVALLON J., 2004, « Objet concret, objet scientifique, objet de recherche », Hermès, n°38, pp.30-37.

DELAUNAY A., « Communion », dans Encyclopædia Universalis, <http://srvext.uco.fr:2062/encyclopedie/communion/>, dernière consultation le 20 novembre 2014.

DIMINESCU D., 2010, « Présentation », Réseaux, vol.28, n°159, Les migrants connectés, T.I.C., mobilités et migrations, pp.9-13.

ĐỖ Hữu Nghiêm A., NGUYỄN Ngọc Sơn A., TRẦN Qúy Thiện J., 2004, « Cộng đồng Công giáo Việt Nam hải ngoại » [Communautés diasporiques des catholiques vietnamiens], dans Giáo hội Công giáo Việt Nam. Niên giám 2004 [Église catholique vietnamienne. Annuaire de 2004], Hà Nội, Nhà xuất bản Tôn giáo.

DORAIS L.-J., 2007, “Faith, Hope and Identity: religion and the Vietnamese Refugees”, Refugee Survey Quarterly, vol.26, n°2, pp.57-68.

DORAIS L.-J., 2001, « Defining the Overseas Vietnamese », Diaspora, vol.30, n°1, pp.3-27.

DOUYERE D., 2010, « Communication et religion chrétienne catholique », Cahiers de la Sfsic, n°5, pp.17-18.

DUFOIX S., 2011, La dispersion. Une histoire des usages du mot diaspora, Paris, éditions Amsterdam.

FLINN F., 2007, Encyclopedia of Catholicism, New York, Checkmark Books.

HELLAND C., 2013, “Ritual” dans H. A. CAMPBELL (dir), Digital Religion. Understanding Religious Practice in New Media Worlds, New-York, Routledge, pp.25-40.

HOANG A.-N. et C. VIGNE, 2014, « Vietnam », dans G. SIMON (dir), Dictionnaire géo-historique des migrations internationales, Paris, Armand Colin.

HÜWELMEIER G., 2014, « Performing Intimacy with God: Spiritual Experiences in Vietnamese Diasporic Pentecostal Networks », German History, vol.32, n°3, pp.414-430.

KAWAKAMI I., 2003, “Resettlement and Border Crossing: A Comparative Study on the Life and Ethnicity of Vietnamese in Australia and Japan”, International Journal of Japanese Sociology, vol.12, n°1, pp.48-67.

LE Dinh Bang, 2009, Hành Trình 100 Năm Báo Chí Công Giáo Việt Nam [Parcours centenaire de la presse catholique vietnamienne], Hà Nội, NXB Tôn Giáo.

LE MAREC, J., 2002, Ce que le « terrain » fait aux concepts : vers une théorie des composites, habilitation à diriger des recherches, Université Paris 7.

LUNDBY K., 2013, « Theoretical Frameworks for Approaching religion and new media », dans H. A. CAMPBELL (dir), Digital Religion. Understanding Religious Practice in New Media Worlds, New-York, Routledge, pp.225-237.

MARECHAL D., C. MÉADEL et I. VEYRAT-MASSON, 2011, « Présentation », Le Temps des Médias, no17, Communiquer le sacré, pp.6-10.

MATTELART T., 2009a, « Présentation », tic & société, vol.3, n°1-2, <http://ticetsociete.revues.org/612>, dernière consultation 8 avril 2014. 

MATTELART T., 2009b, « Les diasporas à l’heure des technologies de l’information et de la communication : petit état des savoirs », tic & société, vol.3, n°1-2, <http://ticetsociete.revues.org/600>, dernière consultation le 9 avril 2014.

MONNOYER-SMITH L., 2008, « Pour une épistémologie complexe des SIC », XVIe congrès de la Société française des sciences de l’information et de la communication (Sfsic), Compiègne, <http://www.sfsic.org/congres_2008/spip.php?article78>, dernière consultation le 3 décembre 2015.

NGOC LAN, 2010, “Truyền thông Công giáo Việt Nam trong 50 năm qua” [Communication catholique vietnamienne depuis 50 ans], <http://www.hdgmvietnam.org/truyen-thong-cong-giao-tai-viet-nam-trong-50-nam-qua/1777.65.24.aspx>, dernière consultation le 29 août 2014.

NGUYEN Ngoc Son, 2006, « Vài Nét Về Hiện Trạng Truyền Thông Xã Hội Tại Việt Nam » [Quelques remarques sur la réalité de la communication sociale au Việt Nam], <http://www.thanhlinh.net/node/4667>, dernière consultation le 29 août 2014.

PHAN P. C., 2000, “Vietnamese Catholics in the United States: Christian Identity between the Old and the New”, U.S Catholic Historian, vol.18, n°1, Asian-American Catholics, pp.19-35.

SPADARO A., 2014, Cyberthéologie, penser le christianisme à l'heure d'internet [2012], trad. C. De Paepe, J.-M. Faux et H. Jacobs, Bruxelles, Lessius.

TRAN Van Toan A., 1998, « Catholiques vietnamiens en France ou le retour de l’inculturé », dans M. SPINLER et A. LENOBLE-BART (dir), Chrétiens d’outre-mer en Europe : un autre visage de l’immigration, Karthala, pp.147-164.

Vatican, Conseil pontifical pour les communications sociales, 1963, « Inter Mirifica », <http://www.vatican.va/archive/hist_councils/ii_vatican_council/documents/vat-ii_decree_19631204_inter-mirifica_fr.html>, dernière consultation le 31 mars 2014.

Vatican, Conseil pontifical pour les communications sociales, 1971, « Communion et Progrès », <http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/pccs/documents/rc_pc_pccs_doc_23051971_communio_fr.html> dernière consultation le 31 mars 2014.

Vatican, Conseil pontifical pour les communications sociales, 2002, « L'Église et Internet », <http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/pccs/documents/rc_pc_pccs_doc_20020228_church-internet_fr.html>, dernière consultation le 31 mars 2014.

Haut de page

Notes

1 Nous proposerons plus loin une discussion du terme « diaspora » et notre justification quant à son utilisation pour le cas des catholiques vietnamiens en dispersion.

2 Tristan Mattelart a proposé une lecture critique de l’émergence de ce champ de recherche dans son article « Les diasporas à l’heure des technologies de l’information et de la communication : petit état des savoirs », publié dans cette revue, tic & société, en 2009 (voir : Mattelart, 2009 b).

3 Vietcatholic.net a été classé premier dans la liste des dix (Top Ten) sites web catholiques vietnamiens les plus populaires par le classement d’Alexa.com en 2013 ; voir <http://www.chuacuuthe.com/2013/03/alexa-10-website-cong-giao-viet-nam/> (dernière consultation le 5 novembre 2014). Par ailleurs, se présentant comme ayant été créé en 1996, Vietcatholic.net figure parmi les premiers sites catholiques vietnamiens dans le monde.

4 Vietcatholic.net se donne à voir, par son nom même, comme un site web de et pour l’ensemble de la catholicité vietnamienne. Mekhiettam.org (dont le nom signifie « Notre Dame du Cœur pur ») est un site web qui entend s’adresser aux Vietnamiens catholiques dans le monde et qui gère un salon de discussion publique (chat room) sous le logiciel Paltalk, nommé "Mẹ Khiết Tâm Bảo Vệ Sự Sống" ["Notre-Dame du Cœur pur, Protectrice de la vie"], dédié à la prière en ligne et à des activités caritatives auprès des pauvres et des malheureux au Vietnam.

5 Me Khiêt Tâm, <http://mekhiettam.org/home/?a=about>, dernière consultation le 5 novembre 2014.

6 La question posée était la suivante : « Selon vous, les médias numériques catholiques vietnamiens d’outre-mer contribuent-ils à l’Église catholique au Vietnam ? ».

7 L’avent est une période du temps liturgique catholique qui commence le 4e dimanche avant Noël. Pour une explication complète, on peut consulter le site du service national de la pastorale liturgique et sacramentelle (SNPLS) de l’Église catholique, consacré à la liturgie catholique <http://www.liturgiecatholique.fr/Avent.html?var_recherche=avent>, dernière consultation le 5 novembre 2014.

8 Pour une explication théologique complète de cette notion, on peut se référer au « portail de la liturgie catholique » de la Conférence des évêques de France : <http://www.liturgiecatholique.fr/Liturgie.html?artsuite=0>, dernière consultation le 5 novembre 2014.

9 En effet, dans notre questionnaire, 80% des informateurs diasporiques ont été d’accord avec la description suivante au sujet des limites des médias numériques pour les catholiques vietnamiens : « Incapacité à accéder aux sites web catholiques vietnamiens pour des jeunes d’origine vietnamienne qui ont grandi hors du Vietnam et qui ne lisent pas le vietnamien ».

10 <http://mekhiettam.org/home/?a=about>, dernière consultation le 5 novembre 2014.

11 Temps de pénitence pour les catholiques, qui dure depuis le mercredi dit « des cendres » jusqu'au jour de Pâques.

12 Ces informations ont été communiquées par Mme Lan pendant l’entretien.

13 <http://mekhiettam.org/home/?a=shoat>, dernière consultation le 5 novembre 2014.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://ticetsociete.revues.org/docannexe/image/1935/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://ticetsociete.revues.org/docannexe/image/1935/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig.2a : Capture d'écran de la page d'accueil du site Mekhiettam.org du 5 novembre 2014.
URL http://ticetsociete.revues.org/docannexe/image/1935/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://ticetsociete.revues.org/docannexe/image/1935/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig.3 : Capture d'écran de la page d'accueil du site Vietcatholic du 8 décembre 2014 ; la section "Liturgie", à droite, est ici entourée d’un cadre rouge.
URL http://ticetsociete.revues.org/docannexe/image/1935/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
URL http://ticetsociete.revues.org/docannexe/image/1935/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://ticetsociete.revues.org/docannexe/image/1935/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
URL http://ticetsociete.revues.org/docannexe/image/1935/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anh Ngoc HOANG, « La foi catholique et les dispositifs numériques : le cas de la diaspora catholique vietnamienne », tic&société [En ligne], Vol. 9, N° 1-2 | 1er semestre 2015 - 2ème semestre 2015, mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://ticetsociete.revues.org/1935 ; DOI : 10.4000/ticetsociete.1935

Haut de page

Auteur

Anh Ngoc HOANG

Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université catholique de l’Ouest (UCO), Anh Ngoc HOANG mène un examen critique des transformations sociétales contemporaines liées aux médias numériques et de la culture numérique en prenant le cas de la société vietnamienne. Ses recherches portent sur l’identité collective, l’activisme en ligne, les imaginaires sociaux, la diaspora vietnamienne, les pratiques de foi catholique et la privacy.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons

Haut de page
  • Logo Maison des sciences de l’homme Paris Nord
  • Logo Artic
  • Logo Université Paris 13 Nord
  • Logo Université du Québec à Montréal
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org